Critique du nouveau Daft Punk – Random Access Memories DaftPunk

Critique du nouveau Daft Punk – Random Access Memories

21 mai 2013 | | | 281 vues de

Random Access Memories (RAM), 4e album studio du duo Français constitué de Thomas Bangalter et Guy-Manuel de Homem-Christo, est sans contredit un des albums les plus attendus en 2013.  Après avoir travaillé sur la trame sonore du film Tron en 2011, les robots se sont retirés pour construire et créer RAM. Daft Punk s’est entouré du producteur et créateur issu des années 70 Giorgo Moroder ainsi que plusieurs artistes tels que le guitariste et compositeur Nile Rodgers, Pharell Williams, Noah Lennox (Animal Collective), Julian Casablancas (the Strokes), Todd Edwards et Dj Falcon , entre autres.

4e6c6fb2

Random Access Memories :  8.9/10

Lorsque la nouvelle d’un nouvel album est apparue dans les médias, j’ai été frappé d’un grand vertige. Après le semi-flop-et-très-décevant-projet pour le film Tron , le groupe  pionnier de la musique électronique française devait absolument frapper fort et juste, particulièrement avec la campagne de promotion dont RAM a fait l’objet. Ce sont de grandes et belles surprises que RAM nous apporte. Sur les 13 pistes (incroyablement mixées) offertes, le son des synthétiseurs, les techniques de boucle (Loop) et les sonorités technos auxquelles le groupe nous avait habitués laissent maintenant de la  place à des tonalités et des sons plus sophistiqués. Le duo a grandement travaillé sur l’aspect musical en instaurant des rythmes parfois très jazzy en passant bien entendu par le funk, le disco, le pop progressif, la sonorité motown et même ambiante et psychédélique. Le tout est appuyé par des artistes de choix pour porter les textes brillamment écrits.

daft-punk-cover-650-430_0

L’album débute de façon éclatante, la renaissance des hommes-machines débute avec Give life back to music. Cette chanson donne le ton à un album magnifiquement diversifié. Construite à partir d’un rythme de guitare (Nile Rodgers) très ensoleillé, Give life back to music  est en quelque sorte une longue salutation; Soyez le bienvenue , voici Random Access Memories. C’est une des chansons les plus accessibles du disque. Au-delà des apparences,   Give life back to music résume bien l’album. Dans sa mécanique, la première pièce donne un avant-goût révélateur. Le choix esthétique et artistique que Daft Punk apporte à RAM est, certes différent de ce que nous connaissons du groupe, mais tellement rafraîchissant dans sa présentation. La direction qu’a pris le groupe donne lieu à des petits chefs-d’oeuvre tout au long des 75 minutes offertes.  The Game of Love , deuxième extrait de l’album est tranquille et calme. Une sorte de ballade qui à la première écoute ne semble pas avoir sa place sur RAM. Dans l’ensemble, elle annonce clairement le calme avant la tempête.

Random-Access-Memories1

Les textes de RAM demeurent  une différence majeure entre l’époque de One More Time et celle de Random Access Memories. RAM est méticuleusement  et mathématiquement façonné ce qui crée une expérience auditive plus riche et  complète.  Harder, better, faster, stronger est , entre autres, remplacé par des textes saisissants et réfléchis;    Touch, sweet touch  You’ve given me too much to feel  Sweet touch  You’ve almost convinced me I’m real  I need something more (extrait de la pièce touch). Si les textes créent une nouvelle ambiance,  les arrangements et les mix restent d’une qualité exceptionnelle. Sur Giorgo By Moroder, le groupe s’est permis un long enchaînement de cordes pratiquement classique. C’est une des grandes forces de RAM. Entre les mouvements électroniques, Daft Punk insère de longs moments mélodiquement agencés au reste de la pièce. C’est  le cas de la piste Beyond.  C’est à partir d’une introduction épique que la chanson prend forme. L’introduction laisse place à un agencement Drum N’ Bass particulièrement efficace.

Le groupe n’a cependant pas perdu ses bonnes habitudes. Motherboard , seule pièce instrumentale de l’album, est tout simplement géniale. L’apogée  de Daft Punk. Motherboard a toutes les qualités d’une excellente création électronique ; magnifiques harmonies, une ambiance artificielle, mais vivante et organique et une boucle discrète d’accords plaqués. Elle est l’oeuvre la plus sombre de la pièce, portant ainsi l’album à un autre niveau. Tout en gardant les fabuleux arrangements de cordes en avant-plan, la pièce rend  carrément nostalgique. Son ambiance rappelle certaines pièces de leurs acolytes français M83 et même Boards of Canada. De la véritable musique à images, comme il s’en fait très rarement dans le domaine de l’électronique. Motherboard,  malgré le côté sombre qu’elle offre, finit sur une note plus joyeuse ; un bruit de chute qui coule. Belle métaphore pour ne pas oublier que la vie continue, et ainsi va l’oeuvre.

DaftPunk-GQ-17Apr13-b_642x390

L’album prend une tournure beaucoup plus électro-pop, ce qui créé une suite logiquement intelligente à RAM. Léger et joyeux, Fragment of time et Doin’It Right (avec Panda Bear) offre un nouveau souffle à l’album. Une des forces de RAM, c’est que le groupe a  créé leur musique à partir de compositions , laissant de côté les échantillonnages si souvent utilisés lors de leurs trois premiers albums. L’authenticité de ses deux pièces rend hommage à un  groupe talentueux qui a su prendre un risque énorme avec RAM. Daft Punk a quand même utilisé un  »sample » (The Sherbs-We Ride Tonight) sur la dernière pièce Contact, qui est une véritable bombe à retardement. Un mélange audacieux de sons et d’effets de distorsions remplit nos oreilles  avec la piste de batterie violente et rapide. Le genre de morceau qui vous donne le goût de réécouter l’album immédiatement.

Dans l’ensemble , Random Access Memories offre une expérience nouvelle et audacieuse. C’est un contraste magnifique entre le vieux Daft Punk  et le groupe actuel qui a su garder son blason doré malgré la pression dont l’album faisait l’objet. RAM est une rencontre d’aujourd’hui avec le passé et nous fait entrevoir ce qui devrait être fait dans le futur.

Commentaires Facebook